fils

On me demande pourquoi j'écris.
Je le vois, le dédain pointer au bout des nez, remonter jusqu'aux yeux et exploser en petites bombes de moquerie assassines. Je sais ce que tu penses de ma façon de coller aux mots toujours plus de vie. Je sais ce que tu penses ; que c'est puéril, cet amour pour les lettres qui se tricotent entre elles et s'enlacent, comme la lumière qui joue sur l'eau - une variation sur le thème de la beauté pour laquelle ma soif ne sera jamais étanchée.


Commentaires

Articles les plus consultés